Accueil » Culture

Une nouveauté au programme

TURRETOT. Une trentaine d’auteurs sera au rendez-vous du salon du livre le dimanche 2 avril.


Organisé par l’association « Un mot, une page » présidée par Astrid Verdièe, le salon du livre ouvrira ses portes le dimanche 2 avril. Une trentaine d’auteurs parmi lesquels des nouveaux seront présents, Christine Roger, Edith Gonsard, Jean-Sébastien Blanck (recueils de contes pour la jeunesse et romans illustrés), Anne Marchand, Patrick Malandain, Virginie Cavelier. Romans, polars, livres pour enfants, contes normands, nouvelles, histoire, tout style, tout genre, il y en aura pour tous les goûts.

(suite…)

Un prochain thriller sur fond scientifique

CRIQUETOT-L’ESNEVAL. Les lecteurs de la bibliothèque sont venus à la rencontre d’Hervé Darques.


Samedi, la bibliothèque La Post’strophe accueillait Hervé Darques pour une rencontre dédicace. Après un premier thriller « L’opération Flamme pourpre » qui aura « enflammé » les lecteurs, Hervé Darques reprend le chemin du succès avec son second roman « L’offensive Kères » ouvrage qui a été récompensé en décembre dernier par le grand prix spécial du jury de l’édition Fondcombe 2016.

(suite…)

Un ouvrage rarissime

ETRETAT. Les amis d’Offenbach préparent le prochain festival avec quelques surprises.


Les Amis d’Offenbach se sont réunis pour préparer le prochain festival qui se déroulera du 28 juillet au 4 août et qui comme l’an passé s’exportera à Fécamp et Sainte-Adresse. Cette 12e édition s’annonce des plus prometteuses et réservera quelques surprises au public. Animé par la volonté de toujours présenter des choses nouvelles, c’est donc un nouveau visage d’Offenbach que le directeur artistique a choisi de présenter « Offenbach et le fantastique ».

(suite…)

POEME

BERLIN EN DEUIL

Des plus grands boulevards aux plus humbles venelles,
Décembre s’est vêtu de sapins, de joujoux,
Dans le froid glacial aux parfums de chouchous,
Noël offre aux passants ses douceurs éternelles.

Mais que pèse une crèche en des mains criminelles?
Un sourire est injure aux délires des fous.
Le hasard et la mort ont même rendez-vous
À Paris, à Berlin, à Nice ou à Bruxelles.

Pauvres frères Wallons, pauvres amis Germains,
Combien devrais-je encore écrire de poèmes
Pour dire ma douleur, ma peur des lendemains?

Combien d’assassinats et combien d’anathèmes
Avant que vos « bons Dieux » ne soient rabibochés
Et que des innocents échappent aux bûchers?

© Daniel Cuvilliez

LE TILLEUL. Poème de Daniel Cuvilliez

le-cote-d-albatre---la-poterie-daniel-et-didier-3

LE PAYSAN ET LE POETE

Didier lit dans la nue l’orage qui chemine,
Il sème des couleurs, récolte les saisons  ;
Il conte aux tout-petits la luzerne et le son
Et l’étrange secret du bovin qui rumine.

Daniel chipe une plume au vol de l’alouette
Et dérobe au talus un brin d’inspiration  ;
Dans les yeux doux de l’âne il puise l’émotion
Pour alerter le monde au sort de la planète.

Le premier songe au lin rouissant sur la plaine
Et peste en entendant ricaner le pleupleu  ;
L’autre joue à chercher dans le ciel nébuleux
Le renard et le bouc de Jean de La Fontaine.

Touriste, citadin, si tu as l’âme artiste
Et si tu viens chez nous saluer Maupassant,
Le couchant t’offrira son or impressionniste
Lorsqu’il griffe Antifer de ses vagues de sang.

Et tu repartiras avec, dans tes paniers,
Le cidre, l’amitié, la plainte d’une mouette,
La chanson de la mer et l’ombre d’un pommier,
Les mots du paysan, les rêves du poète.

© Daniel Cuvilliez

Dans la lignée du grand compositeur

ETRETAT. Le festival Offenbach a tenu ses promesses et le public était au rendez-vous.

(suite…)

LE TILLEUL. Poème de Daniel Cuviliez.

Attentat-a-Nice-L-hommage-des-dessinateurs

Nice

Y aura-t-il toujours des loups
Pour cueillir nos âmes légères ?
Et combien faudra-t-il de guerres
Pour vivre enfin libre chez nous ?
J’ai laissé là mes fleurs sauvages
Qu’arrosent des ruisseaux de sang…
Et vous, cadavres de passants,
Pressentez-vous d’autres carnages ?
J’ai laissé là mes fleurs des champs
Sur une table à nappe noire,
Mais le vin qu’on y sert à boire
A le goût des larmes d’enfants.
Ô ton parfum, mon pauvre amour,
Dans le marché aux fleurs de Nice !
Ta vie comme un feu d’artifice
A glissé dans le petit jour.

©  Daniel Cuvilliez

Etretat, muse des peintres

ETRETAT. La renommée de la journée des arts ne s’est pas démentie, cent-cinq artistes et un nombreux public étaient au rendez-vous.

(suite…)

Musique, Maestro !

ETRETAT. Feu d’artifice musical pour le concert d’ouverture du festival Offenbach.

(suite…)