Accueil » Dans nos communes » Du beffroi de Douai aux profondeurs de la mine

Du beffroi de Douai aux profondeurs de la mine

CRIQUETOT-L’ESNEVAL. La sortie organisée par l’amicale des maires a été des plus enrichissantes.

Le Côte d'Albâtre

Au programme de la sortie organisée par l’amicale des maires, le beffroi de Douai et les profondeurs de la mine. Victor Hugo considérait que le beffroi de Douai était le plus beau de France. L’ensemble architectural, mairie et beffroi présente un grand intérêt qui n’a pas laissé indifférents les élus. Architecture, patrimoine, histoire de la musique, présentation des festivités nordistes axées sur la famille Gayant sont les atouts de la viste, de l’impression beffroi au sommet duquel on découvre le plat pays du douaisis. Seconde étape pour le voyage découverte, le centre historique Minier de Lewarde, minutieuse reconstitution des conditions de travail des « gueules noires ». Le décor à couper le souffle et l’ambiance sonore, poussiéreuse, traduit la pénibilité de cette profession qui a contribué à l’essor économique du pays, au prix de nombreux accidents, de maladies professionnelles. Cerise sur le gâteau pour les visiteurs, un ancien mineur à l’accent ch’ti retrace les carrières du galibot (apprenti mineur) au mineur confirmé. Ce témoignage permet de mieux réaliser la pénibilité, terme méconnu à l’époque des conditions d’extraction de la houille, en rampant dans une atmosphère étouffante à 40°. La température s’élève de un degré par profondeur de 33 mètres et Lewarde atteint 480 mètres sous terre. Le président Patrick Dumoulin a été félicité pour le choix de cette excursion qui mêle le patrimoine bâti et l’histoire industrielle mais aussi une formidable aventure humaine au pays de Germinal.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.