Accueil » Dans nos communes » Une communauté urbaine sous conditions

Une communauté urbaine sous conditions

SAINT-JOUIN-BRUNEVAL. Le projet de fusion avec l’agglomération havraise était au coeur des délibérations du conseil municipal.

Le Côte d'Albâtre


Le conseil municipal réuni le 8 mars dernier était largement consacré au projet de fusion avec l’agglomération havraise. En effet, malgré les atouts et les qualités du territoire, la communauté de communes du canton de Criquetot-l’Esneval qui regroupe actuellement vingt et une communes et 17 000 habitants accuse un déficit en matière d’offre de service, sa situation financière continuant de se dégrader.

Le regroupement de la communauté de l’agglomération havraise (CODAH), de la communauté de communes du canton de Criquetot-l’Esneval (CCCCE) et de la communauté de communes de Caux Estuaire regroupera 54 communes et plus de 250 000 habitants. La future communauté urbaine havraise se hisserait ainsi à la 2e place des agglomérations normandes. Mais cette démarche qui est en train de se jouer ne doit pas se réduire à une simple compétition entre les grandes villes normandes. Et le but de cette fusion ne doit pas se résumer en la création d’un nouveau périmiètre. Une fois les enjeux posés, l’objectif devra permettre l’émergence d’un véritable projet de territoire partagé. Il y a urgence pour les habitants et les acteurs sociaux et économiques de retrouver des services, une attractivité, un nouveau souffle.

En effet, si le projet de fusion est devenu inévitable, les élus sont d’ores et déjà attentifs à ce qu’il tire le territoire vers le haut, en cohérence et en harmonie avec les intercommunalités voisines. Mobilité, tourisme et ruralité, haut-débit, ramassage, tri et traitements des déchets, qualité de l’eau, équipements sportifs et culturels, les enjeux sont nombreux et il faut dès maintenant se mobiliser, questionner ces problématiques et trouver des solutions efficaces et innovantes pour les usagers. Au 1er janvier 2019, la nouvelle communauté urbaine devrait voir le jour. Le conseil municipal réuni autour du maire, François Auber, a donc délibéré et voté à l’unanimité en faveur de la constitution d’une communauté urbaine. Le conseil a également voté en faveur du réaménagement du restaurant scolaire avec le projet de création d’un self et le renouvellement du mobilier. Un projet de vidéo-protection des bâtiments communaux est également à l’étude.

Le Côte d’Albâtre

SAINT-JOUIN : Communiqué de presse :

L’agglomération havraise à la recherche d’un nouveau souffle

Au 1er janvier 2017, sur tout le territoire français, la carte de l’intercommunalité a été simplifiée, avec la fusion de communautés d’agglomération ou de communes. Cette réforme, prévue par la Loi NOTRe du 07 août 2015, avait pour objectif d’améliorer l’efficacité de l’action publique et de garantir un meilleur service aux usagers. La Normandie est ainsi passée de 157 à 84 intercommunalités dont 1 métropole, 12 communautés d’agglomérations, 2 communautés urbaines et 69 communautés de communes.

En 2011 et 2017, le maire du havre et président de la Codah passe 2 fois à côté des réformes visant à élargir son périmètre. Si la grande ville portuaire havraise perd plus de 1 000 habitants par an, d’autres grandes villes estuariennes comme Nantes ou Bordeaux gagnent elles jusqu’à 5000 habitants par an. La décennie qui vient de s’écouler a montré que les grandes métropoles françaises se sont développées avec leurs zones périurbaines et rurales améliorant, la mobilité, le logement et les services pour tous les habitants. Certes la grande ville portuaire havraise bordée à l’ouest par la mer, ne pouvait s’élargir que vers l’est du Département, vers Fécamp. Mais les raisons de cet immobilisme local étaient liées à un manque de vision, de concertation et de volontarisme.

Voilà plus de 20 ans que les « baronnies » de Charles Revêt et d’Antoine Rufenacht tenaient ces territoires, créant des murs entre eux plutôt que des ponts. Ce statut quo, ce manque coopération entre les territoires est un manque flagrant de responsabilité, au détriment des habitants de la pointe de Caux.

En 2018, le contexte semble enfin favorable à l’élargissement, la place havraise devrait pouvoir enfin sortir de son isolement, de son carcan géographique. L’échéance des municipales et la présence d’Edouard Philippe à Matignon semblent créer une opportunité de sortir de ce carcan territorial. Le premier ministre d’aujourd’hui réussira peut-être là où le maire de l’époque avait échoué.

Au 1er janvier 2019, la nouvelle communauté urbaine devrait voir le jour. Mais le but de cette fusion ne doit pas se résumer en la création d’un nouveau périmètre. Une fois les enjeux posés, l’objectif devra permettre l’émergence d’un véritable projet de territoire partagé. Il y a urgence pour les habitants et les acteurs sociaux et économiques de retrouver des services, une attractivité, un nouveau souffle. Avec 275 000 habitants et 54 communes, la future communauté urbaine havraise se hisserait à la 2e place des agglomérations normandes. Cette démarche qui est en train de se jouer ne doit pas se réduire à une simple compétition entre les grandes villes normandes.

L’avenir de nos territoires doit se « caux-construire » avec celles et ceux qui le vivront.
Le pacte pour une nouvelle ambition communautaire doit s’appuyer sur une large concertation.

François Auber
Vendredi 9 mars 2018

Share

2 commentaires

  1. SALENNE Jean dit :

    Bonjour
    Notre François critique toujours des soit disant  » baron  » mais lui qui est il à Saint Jouin ??? il nous avait dit que pour la construction du lotissement des coulis nous n’aurions aucun passage ou nuisance chemin des cèdres et lors du dernier conseil municipal il demande des subventions ( encore ) pour rendre ce chemin praticable et carrossable pour des engins et véhicules de chantier en vue de ces constructions alors que les terrains ne sont pas vendus !!! comment faire confiance à ce genre de personnage qui lorsque des gens ne sont pas d’accord il leur dit vous avez raison nous tiendrons compte de vos remarques et plusieurs mois après il fait ce qu’il avait dit au départ à chacun de juger ..

  2. SALENNE Jean dit :

    Bonjour
    Mercredi 11 à 20h30 conseil municipal avec à l’ordre du jour les 2 premières délibérations qui ont pour objet ce lotissement des Courlis ?? mais aucune info aux riverains ?? juste une petite affiche sur le coté de la mairie , rien sur le site de la mairie !!!
    A suivre avec attention ces délibérations !!!!
    Cordialement
    Jean

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.