Accueil » Dans nos communes » Affaissement et glissement du talus d’éboulis

Affaissement et glissement du talus d’éboulis

OCTEVILLE-SUR-MER. Yves Lepage, de l’association Sciences et Géologie Normandes nous livre son analyse sur l’éboulement de falaise au Croquet.

Le Côte d'Albâtre


Un important éboulement de falaise s’est produit au niveau de l’ancienne descente du parking du Croquet,sur la commune d’Octeville-sur-Mer, dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 octobre. Yves Lepage, président de l’association Sciences et Géologies Normandes s’est rendu sur place pour analyser et comprendre le mécanisme de cet éboulement.

« Il ne s’agit pas d’un effondrement de falaise classique, mais de l’affaissement et du glissement du talus d’éboulis après décollement. La descente du Croquet était tombée il y a trois ans lors d’un épisode similaire. Entre Le Havre et Saint-Jouin-Bruneval, le talus est constitué de blocs de roches plus ou moins gros provenant d’éboulements anciens cimentés par de la terre et de l’argile. La cohésion est assurée par un certain degré d’humidité qui donne la stabilité à l’ensemble. Ces roches qui s’étaient contractées durant le long été chaud et sec ont été réhydratées par les pluies abondantes de ces dernières semaines, elles se sont dilatées et ont fini par mettre en mouvement le talus sous l’effet de la gravité. Des signes annonciateurs d’affaissement étaient apparus dès fin août. La base de la falaise et la plage sont constituées par des argiles d’âge jurassique qui se comportent comme un toboggan pour toutes les roches situées au-dessus lorsqu’elles se désolidarisent. Peu de craie s’est détachée de la paroi, les quelques gros blocs qui se sont décollés sont restés en place au sommet du talus. On distingue nettement sur la pente « les vagues » successives qui se sont formées lors de l’affaissement. Le front du glissement s’étend sur 280 mètres. Les petits blocs et quelques autres de taille moyenne de craie et de gaize qui se trouvaient dans la partie basse du talus ont été projetés sur la plage lors de l’évènement. La plage n’a pas été soulevée par l’importante masse du glissement comme cela s’est déjà produit dans le passé car en cet endroit elle est protégée par l’épais banc sommital calcaire de la formation kimméridgienne des Calcaires à Harpagodes. Le talus d’éboulis devrait maintenant se stabiliser avec de temps à autres quelques chutes de pierre de la paroi de la falaise. Il convient donc de rester prudent si l’on circule dans le secteur ».

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.