Accueil » Dans nos communes » Les sentinelles de la mer

Les sentinelles de la mer

LA POTERIE-CAP-D’ANTIFER. La commune a accueilli le congrès national des phares.

Pour les 9e journées nationales des phares, l’association des phares de France avait choisi la commune de la Poterie-Cap-d’Antifer pour tenir son assemblée générale. Le maire Cyriaque Lethuillier, a reçu au point haut de sa commune, Jean-Marie Chauvet d’Arcizas président de l’association ainsi que Jean-Marie Calbet pour les rencontres annuelles des phares, feux de navigation et balise.

Pour cette 9e édition, les journées des phares, tribune libre, point de convergence des gestionnaires de phares administratifs ou privés sont l’occasion d’échanges, de débats sur les questions liées aux archives des « sentinelles de la mer », les questions de visites des phares et sur le transfert de propriété. Outre les propriétaires de phares, vingt sur trente et un, la Direction Interministérielle de la Mer, les archives nationales, le délégué national « phares » à la direction nationale des affaires maritimes se sont exprimés et répondu aux questions de l’auditoire. A l’ordre du jour, il y avait une décision à prendre quant à l’opportunité d’organiser une journée nationale des phares, coup de projecteur hexagonal voire européen sur l’intérêt à préserver le patrimoine, l’histoire et à maintenir des avertisseurs de passages rocheux, dangereux pour la navigation. Pour Cyriaque Lethuillier, c’est l’occasion de s’introduire dans la cour des phares dits d’atterrissage qui s’entrouvent au public et cela au lendemain d’un sondage réalisé auprès de la population. C’est l’opportunité d’ajouter un maillon au pays d’art et d’histoire et de positionner le phare au sein de l’OGS (Opération Grand Site) en examinant comment conjuguer une fréquentation raisonnable avec la tranquillité d’un hameau. Les expériences des autres sites, relayées par l’association des phares de France seront autant d’éléments confortants le dossier Potillais. Pendant deux jours, d’éminents historiens, archivistes, documentalistes, chercheurs, administrateurs, responsables du conservatoire mais agents des phares et balises stimuleront la grande tradition des gardiens et des gardiennes de feux. Il y a eu quelques femmes gardiennes de phares.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.