Accueil » Dans nos communes » Aides et accompagnements au quotidien

Aides et accompagnements au quotidien

GONNEVILLE-LA-MALLET. Les personnes aidantes au cœur des échanges du Café du Bon Dieu.

Samedi, au Belami, le deuxième Café du Bon Dieu avait pour thème « Les aides ou les personnes aidantes ». Une quinzaine de personnes était au rendez-vous. Avant d’ouvrir les échanges, le père Didier Roquigny a rappelé que l’objectif de ces réunions étaient axées sur l’échange et le dialogue sur un thème de société, des rencontres ouvertes à tous, croyants ou non.

Le but étant de prendre le temps de s’écouter, d’écouter avec beaucoup de bienveillance, de s’exprimer mais sans chercher à convaincre l’autre. A moins d’être confronté à cette problématique, le rôle des personnes aidantes n’est pas toujours perçu à sa véritable dimension. Des personnes qui agissent toujours dans l’ombre et qui souvent ne se considèrent pas comme telles, prodiguant leurs soins, leur aide à un conjoint, un parent, un proche… Une lourde tâche qui engendre de la fatigue, des doutes, parfois aussi de la culpabilité en ayant l’impression de ne pas faire assez. Des situations parfois dures à supporter notamment avec les malades atteintes d’ Alzheimer, lorsqu’on voit son conjoint, son père, sa mère ne plus vous reconnaître, ne plus se souvenir… Dans un premier temps, il a été abordé les EHPAD. Même si ses structures sont accueillantes et s’efforcent d’offrir les meilleurs services, voir organiser des plateformes de répit, force est de constater le manque de personnel, la charge de travail que cela implique. Et souvent, ce sont des visiteurs qui prennent le relais en aidant des tierces personnes, en discutant. Les échanges se sont poursuivis avec d’autres témoignages sur les aidants à domicile. Ainsi, une personne confiait qu’elle s’était installée au domicile de ses parents afin de s’occuper d’eux au quotidien, de rassurer sa maman, d’aider son père afin qu’il ne perde pas trop rapidement les notions d’espace, de temps. Autre témoignage, celui d’une personne qui a accompagné une tierce personne jusqu’au dernier jour. Au travers de ces témoignages, l’émotion était palpable et il a été souvent exprimé un même ressenti: « Il faut savoir se préserver, se protéger, prendre de la distance ». Aidante et bénévole à la Fédération Jusqu’à la mort, accompagner la vie (JALMALV), association reconnue d’utilité publique, Béatrice a parlé du congé rémunéré pour les aidants, soulignant que c’était un pas en avant. « C’est un pas en avant, c’est mieux que rien. Il faut aider les aidants ». Prochain rendez-vous, le samedi 14 décembre de 16h30 à 17h30. Plusieurs thèmes ont été proposés mais non arrêtés.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.