Accueil » Dans nos communes » Une femme bienveillante, à l’écoute

Une femme bienveillante, à l’écoute

LE TILLEUL. Le village est endeuillé. Elisabeth Delahaye nous a quittés.

C’est avec une profonde tristesse que les tilleulais, ses amis ont appris la nouvelle. Elisabeth Delahaye nous a quittés le 28 février dans sa 84e année. Originaire de Saint-Jouin-Bruvenal, Elisabeth Delahaye s’est mariée en avril 1960. Avec son mari, Jacques, elle s’installe au Tilleul. Elisabeth, dite Lili, était la gentillesse incarnée. Après avoir élevé ses cinq enfants, Patricia, Didier, Roseline, Sandrine et Christophe, elle a travaillé pendant seize ans au foyer de l’enfance du Tilleul. Elle a été également nourrice agrée.

Lili était très investie dans le monde associatif notamment dans les années 70 au club de majorette. Le samedi elle s’occupait du foot. Lorsque « La blaude » (groupe folklorique) se crée en octobre 80, elle rejoint l’association où là encore, elle ne restera pas inactive, confectionnant entre autre les costumes. Elle en sera la présidente du 24 avril 2008 au 24 octobre 2015. Vice-présidente jusqu’en 2015 dans l’association « Le Renouveau tilleulais » elle continuera à s’investir avec la même énergie. « Elle faisait beaucoup de choses. C’est elle qui avait mis en place le déjeuner « Pot au feu » et avec des légumes du jardin. Lili s’occupait de tout et si possible, du fait maison. Elle avait toujours des idées pour animer l’association. Elle aimait s’amuser, faire la fête. On ne l’entendait jamais se plaindre » confie Martine Cléroux, présidente du Renouveau. Une femme profondément humaine, bienveillante. « Elle se préoccupait des autres, demandant toujours comment ils allaient. Lili était toujours partante pour tout ». Pendant plusieurs années, elle a organisé des réunions d’anciens élèves, des cousinades ». Le lien social faisait partie de sa vie. Une femme active qui aimait faire la cuisine, s’occuper de son jardin, de ses fleurs, de son potager. Elle aimait la couture et quand la crise sanitaire est arrivée, bien évidemment, elle s’est mise à confectionner des masques en tissu. Elisabeth Delahaye laissera le souvenir d’une femme souriante, chaleureuse.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.