Accueil » Dans nos communes » Pour la sécurité de tous !

Pour la sécurité de tous !

SAINT-JOUIN-BRUNEVAL. Effets concluants pour les premiers tests de la nouvelle cale de mise à l’eau.

C’est un moment qui était attendu avec impatience. Mercredi, des membres de l’association des pêcheurs plaisanciers du littoral d’Antifer (APPLA) présidé par Philippe Dragon, ont tester pour la première fois la cale de mise à l’eau . « Un équipement qui va nous permettre d’exercer d’exercer notre loisir favori avec beaucoup de sérénité » souligne Philippe Dragon. En effet, cette magnifique plage est très fréquentée par les familles, les touristes, surtout en période de pont comme ce dernier 14 juillet où l’on pouvait compter soixante-dix huit camping-cars.

Avec ces aménagements, la plage est victime d’un énorme succès, c’est la seule plage de sable à marée basse accessible en voiture entre Le Havre et Fécamp, avec des services gratuits comme le parking voitures et camping-cars souligne le maire François Auber. Cette plage où les pêcheurs plaisanciers durant des années, environ 45 années, pouvaient mettre leurs embarcations à l’eau pour une partie de pêche sans problème.

Un petit retour sur l’histoire

Et puis, il y a 23 ans, commence une interdiction communale d’accès à la mer pour les embarcations par la cale prévue à cette effet durant la période d’été. Quelques pêqueux mécontents n’en restent pas là et alertent la mairie, la capitainerie et menacent de bloquer l’accès à la mer pour tous. Ce même jour, la mairie s’incline et retire l’arrêté. Philippe Dragon, un peu le chef de file, décide sans perdre de temps de créer avec une poignée de mécontents (15 personnes), une association. En novembre 1998, l’APPLA voit le jour avec comme statuts « libre accès par la cale pour la mise à l’eau sur la plage de nos embarcations tractés d’un véhicule moteur ». Quelques années plus tard, François Auber arrive pour son premier mandat de maire. Philippe Dragon raconte : « Plus conciliant, il soutient toutes les activités sur la plage. Après avoir réussi à enterrer le projet du port méthanier, le maire décide d’aménager la plage pour la sécurité de tous en même temps, nous avions décidé de modifier la cale. Un rond-point a été créé en bas de cale pour des manœuvres moins périlleuses mais hélas, les années passent et la plage n’est plus compatible entre pêcheurs et plagistes tellement cette place est victime d’un énorme succès. En 2011, ce n’était plus possible, nous avons du entamer des réunions entre associations, mairie, sous-préfecture et GMPH. Plusieurs propositions nous avaient été faites mais ne nous convenaient pas du tout comme une cale adossée à la petite digue côté mer, à l’endroit le plus vaseux. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Un accord est signé entre mairie, associations et GMPH pour le projet d’une cale dans le port de servitude d’Antifer. Très attendu, ce projet prendra deux ans pour les études et cinq mois de travaux avec un retard lié à la Covid 19. Mercredi dernier, une bonne nouvelle nous est parvenue, les travaux presque achevés, la mairie invite Philippe Dragon, président de l’association (forte à ce jour de 90 adhérents) lui qui était fortement impliqué dans ce projet, avec parfois des réunions houleuses. Cela a été pour lui une première de pénétrer sur le chantier pour des essais tests ! « 15h30 tout était ok et c’est mon fils Alexandre Dragon à bord de son C15 qui a eu la primeur de manœuvrer son attelage en marche arrière. Le premier à s’aventurer sur cette superbe cale de 85 mètres de long, 13 mètres de large, dotée de 27 places de stationnement ».

Une première mise à l’eau réussie, souligne Philippe Dragon accompagné de François Auber. C’est sous les applaudissements, prise de photos et vidéos de quelques passionnés de la mer venus pour l’évènement, qu’Alexandre Dragon a remonté la cale avec son attelage camionnette attelée de la remorque et s’est rendu sur le parking prévu à cet effet. « Pari tenu, il suffit de se préparer avant sur le parking et la manœuvre se fait en moins de trois minutes. L’attelage redescend dans la foulée pour récupérer le pneumatique, cette fois en deux minutes 45 ». Pas de partie de pêche ce jour là qui n’était qu’une journée test avant l’ouverture définitive après la livraison de ce superbe projet tant attendu. « C’est un beau bébé, ici nous serons bien « cheu nous « , a chacun son terrain de jeux » confie Philippe. Ce chantier, d’un coût de 1,4 millions d’euros, mais la sécurité n’a pas de prix, est un vrai projet de territoire souligne le maire. « Maintenant, nous serons plus détendus, moins stressés de penser à l’accident à chaque sortie, la peur de renverser un enfant ou même un adulte qui passait devant ou derrière nos attelages » confie également Manuel Maria Lopes, vice-président de l’APPLA. Pour les passionnés de l’APPLA, le prochain « boulot » est de rendre cette cale attractive, d’en assurer le nettoyage en convention avec la mairie, de ne pas encombrer cette cale comme cela se fait à certains endroits, de se respecter mutuellement, que chacun respecte la propreté et aussi de sensibiliser les pêcheurs plaisanciers à respecter certains quotas de pêche pour les ressources à venir. L’entrée à la cale sera disponible 7 jours sur 7, toute l’année, du lever du soleil à la tombée de la nuit. Cette équipement structurant marque une étape importante dans le développement nautique du littoral cauchois entre Fécamp et Le Havre. Selon l’agence de développement touristique Atout France, une cale de mise à l’eau génère un potentiel de sorties en mer équivalent à celui d’un port de plaisance de plus de 100 anneaux.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.