Accueil » Culture » Le talent au bout du pinceau

Le talent au bout du pinceau

LE TILLEUL. Après de longs mois de léthargie forcée, le manège du parc Mathilde accueille sa première exposition.

Il aura fallu patienter deux ans avant que le manège du parc Mathilde puisse à nouveau accueillir une exposition. Ce week-end, ce sont deux artistes, fidèles au village, qui sont venues exposer leurs dernières créations. C’est en effet la cinquième fois pour Ginette Patin et la troisième pour Monia Vivier. Vendredi soir, lors du vernissage, le maire Raphaël Lesueur était heureux de les accueillir.

« C’est un réel plaisir de vous revoir et de partager avec vous vos créations. Aujourd’hui, après de longs mois, nous pouvons reprendre nos activités. La pandémie ne nous a pas épargné, nos communes ont été contraintes de suspendre toutes manifestations et cérémonies, et aujourd’hui, vous êtes les premières à exposer dans notre commune ». Deux artistes passionnées par leur art, qui chacune dans leur domaine, expriment leur talent, leur créativité. L’une peint sur toile, l’autre sur de la porcelaine ou sur de la céramique qu’elle façonne. Autodidacte, Ginette Patin peint depuis plus de quinze ans. De chez elle, elle voyait la mer, le sémaphore. « J’avais envie de les peindre. Je me suis lancée. Ma première toile a été le sémaphore ». La naissance d’une passion qui ne s’est jamais essoufflée, bien au contraire. L’artiste travaille uniquement l’huile, sur tous formats, et depuis quelques années, s’est tournée vers l’abstrait, un art qui l’attire. « J’ai l’impression de me vider la tête. Et au couteau, c’est autre chose que le pinceau ». Parmi la vingtaine de tableaux exposés, deux superbes toiles accrochaient le regard, « New York » d ‘après photo. On retrouvait aussi Le Havre, sa ville, souvent au cœur de ses créations, tel le musée Malraux, la mer avec les cabanes de plage de Coutainville, plages de Californie, Etretat bien sur, un coucher de soleil sur la mer. Paysage marocain, provençal, Venise, planteuse dans une rizière invitaient au voyage.

Autre univers, mais la même passion

Monia a toujours dessiné. La céramique et la porcelaine sont ses domaines de prédilection. Elle a commencé par la céramique . « J’aimais le toucher de la terre ». Elle travaille à la plaque uniquement, jamais avec un tour. Elle modèle à la main selon son inspiration qu’elle puisse dans la nature. De très belles pièces comme ces coupes en forme de fleur, rouge porphyre, moucheté de noir, des coquelicots, vases,. Nouveauté, des photophores avec des feuilles de Ginko Biloba. Monia exprime aussi tout son talent sur de la porcelaine blanche sur laquelle elle peint. « Cette exposition où les visiteurs ont pu découvrir près de deux cents pièces, mugs, bols, théières, plats, terrines, coupelles, saladier… était axée sur cinq thèmes : les chats, toutes sortes de chats, contemporains, inspirés de Jean-Paul Gaultier avec leur marinière, humoristique chats chanteurs… le rouge et le vert, pastel (blanc craquelé, du rose et vert anis), la mer avec cabane, coquillages, petits poissons, transat, et la Provence. « Je m’amuse en travaillant ». Et pour l’anecdote, Nathalie George, l’auteure de la cuisine du 6e étage, lui a acheté deux saladiers pour cuisiner. Deux artistes talentueuses que les visiteurs ont eu le plaisir de retrouver.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.