Accueil » Dans nos communes » Un week-end intense entre tournage et compétition

Un week-end intense entre tournage et compétition

SAINT-JOUIN-BRUNEVAL. Repéré lors de compétitions de stock car, Alexandre Dragon joue les doublures sur un tournage de film avec un autre normand, Alan Paillette.

Le week-end du 30 et 31 juillet, se déroulait le trophée des 40 ans du stock car de Neuvy-en-Mauges. Déjà repéré à Bonnemain en 2021 pour son classement de 1er aux tonneaux, à Lanrelas il y a un mois où il monte sur la 2è marche du podium au classement final stock car +, Alexandre Dragon se fait à nouveau remarquer pour ses bonnes performances, par une équipe de cinéastes en tournage pour un film dont le thème est le stock car. Alexandre Dragon est sollicité par le réalisateur pour une doublure où il devra faire des tonneaux dans une course poursuite.

Après réflexion, ce passionné, roi des tonneaux, ne refuse pas. « Pour moi, cela était une nouvelle expérience parmi tant d’autres » confie le pilote saint-jouinais. Vendredi dernier, c’est le départ. Le convoi se dirige vers Neuvy-en-Mauges (Maine et Loire) afin de rejoindre la grande famille du Stock car comme ils disent, venus des quatre coins de France et même le luxembourgeois, Franck Luk, triple champion d’Europe. Alexandre a choisi sa petite 205 révisée, équipée pour les tonneaux. Il est accompagné d’un autre accro de fun et de stock car, Alan Paillette de Cauville-sur-Mer qui a emprunté la 205 de course d’Alex, celle conçue pour le stock car et même le stock car +, portant le n° 331, révisée, repeinte aux couleurs du SCC de l’Orne, dotée d’un moteur de 118 de 406, bien préparée, même un peu gonflée par  » Tintin « . Arrivés sur le terrain à 17h où l’équipe de tournage les attendait, ainsi que d’autres pilotes pris pour ce tournage, comme Cyrille Sevin, président du SCC de l’Orne, Jean-Yves Robert, le vétéran, baptisé « Le dinosaure du SC » qui en a profité pour fêter ses 50 ans de participation à ce genre de compétition.

Du spectacle pour le public !

A 19h, c’est l’heure du briefing, de la mise au point, équipement… Les caméras sont installées sur les  » bagnoles « . Puis après une paude dîner à 22h30, c’est parti en direction de la piste fraîchement remodelée, où le public figurant est déjà posté derrière les barrières de sécurité. Dernière recommandation, Alan, Cyrille, Jean-Yves jouent les poursuivants. Leur rôle, mettre Alex à la faute où il devra faire la cascade, mettre la petite 205 en tonneau. Pour le roi des tonneaux qu’est Alex, pas de problème. Comme pour tous les tournages de films, cette scène sera répétée dix fois, voir douze fois. A cinq heures du matin, tout est dans la boîte ! La nuit a été courte pour les pilotes qui ont dû quand même se donner en spectacle pour les nombreux spectateurs massés derrière les barrières. « 5 000 voir plus sur deux jours » d’après ce que nous dit un organisateur. Le samedi soir, autre ambiance, superbe feu d’artifice tiré aux abords de la piste suivi de la soirée disco. Encore une nuit blanche pour certains pilotes. « Moi qui pratique le fun car, j’ai dû me mettre à la page au stock car, j’ai vite pris le pli. J’ai vraiment pris du plaisir. J’ai fait des bonnes manches comme 3e et 4e » soulignait le pilote normand de la 331, Alan Paillette.qui déjà a pris son engagement pour 2023. Quant à Alexandre Dragon, trahi par la mécanique, il finit que 7eme au classement de sa catégorie « Les tonneaux ». « C’était très dur pour moi de faire une meilleure performance après avoir consacré treize heures de scène en nocturne pour un film » confiait le pilote de la  » Tonos 731″.

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.