Accueil » Dans nos communes » Le rôle fondamental des couverts en interculture

Le rôle fondamental des couverts en interculture

SAINT-JOUIN-BRUNEVAL. Le lin, l’azote et les intercultures étaient au coeur de la rencontre technique avec des exploitants.


Dans le cadre de l’animation du BAC de Saint-Martin-du-Bec, le SIAEPA de la région de Criquetot-l’Esneval (Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable et assainissement) l et le SMBV Pointe de Caux Etretat (syndicat mixte des bassins versants) en partenariat avec l’AESN (Agence de l’eau Seine-Normandie) et Arvalis- Institut du végétal ont organisé une rencontre technique sur le thème « Le lin, l’azote et les intercultures ».

Devant une trentaine de participants dont près d’une vingtaine d’exploitants mais aussi de conseillers de secteur, M. Charles-Henri Biard, ingénieur à Arvalis-Institut du végétal a abordé les principaux points. La courbe de réponse du lin à la fertilisation azotée est définie pour des variétés anciennes. Avec les progrès de la sélection variétale, Arvalis s’interroge sur le pertinence actuelle des valeurs utilisées et travaille depuis deux ans à la mise à jour des références pour les nouvelles variétés. Puis il a évoqué l’azote qui peut-être apportée à la culture sous différentes formes. Des essais débutent afin de les évaluer sur le lin. Les conditions de levée du lin semblent favoriser certaines formes d’azote. Mais cet essai est à confirmer dans le temps car le recul n »est que d’une année. Quant aux couverts en interculture, ils ont un rôle fondamental dans la mobilisation de l’azote du sol à l’automne. Ainsi, ils limitent les lessivages d’azote vers la nappe d’eau souterraine. La culture du lin est une culture technique, sensible aux conditions du sol. Le couvert avant lin doit être choisi judicieusement selon le sol, la date de semis du couvert, le mode de destruction… De plus, ce couvert a un impact sur l’azote disponible dans le sol au printemps pour le lin. C’est un paramètre non négligeable à prendre en compte lors du calcul de la dose prévisionnelle d’azote. Différents essais sont actuellement menés par rapport aux types de couverts avant lin et également à leur date de destruction mécanique. Gaëlle Le Guen, animatrice du BAC, a évoqué les valeurs d’azote dans le sol après la culture du lin. Ces dernières sont élevées en début de l’automne par rapport aux valeurs observées au niveau départemental sur diverses successions culturales. Ces valeurs amènent à des réflexions et la recherche de solutions potentielles afin de capter au mieux l’azote présent dans le sol à l’automne. Un essai a été mené en ce sens en 2016-2017 et va sans doute être renouvelé en 2017-2018. Cette renconte s’est terminée pour ceux qui le souhaitaient par la visite d’une parcelle d’expérimentation mis en place chez un exploitant volontaire dans le cadre de l’essai avec les différents partenaires (SIAEPA, animation Bac de Fécamp-Valmont-Fauville, Arvalis Institut du Végétal, la chambre d’agriculture de Seine-Maritime et l’Atelier régional d’agronomie et de développement durable (ARAD²)

Le Côte d’Albâtre

Share

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.